Nicolas Schirrer : Êtes-vous d’accord avec l’affirmation que la mondialisation, sous sa forme actuelle, rend d’un côté les pauvres plus pauvre, et de l’autre les riches plus riche ?